Retour à Accueil

Retour à Sommaire-Vos contributions

 

 

Grand Jeu-Concours: Les Antonutti au bout du Monde

 

Jeu Numéro 4: Mexique - Belize - Guatemala

 

 

Voici le quatrième volet de notre jeu désormais célèbre, portant sur nos séjours aux Mexique, Belize et Guatemala.

La date limite pour l'envoi des réponses est le lundi 20 janvier 2003 à 23h59 (heure française).

Découvrez vite le magnifique cadeau mis en jeu et à vos plumes !


"Gagnez le nouvel album de Mana, actuelle icône de la chanson méso-américaine, dont vous pouvez apprécier la couverture et le clip, immortalisés à l´hôtel Paris, la Ceiba, Honduras"


Attention, les 3 premières questions correspondent stricto sensu au règlement
* de notre Grand Jeu-Concours, c'est-à-dire qu'elles sont en rapport direct avec les récits et images proposés sur le site. En revanche, les 3 dernières prennent quelques libertés par rapport aux règles établies puisque l'une fait appel à votre esprit de déduction, les deux autres à votre intérêt pour l'actualité des pays que nous avons traversés au cours de notre fabuleux voyage.

1- Quelle heure est-il au juste à Belize City ?
2- Un Maya vous souhaite la bonne année. Comment écrit-t-il 2003 ?
( avant de répondre à cette question, voir le nota bene ci-dessous)
3- Les bus pourraient les enfoncer.
4- Pourquoi Marcos n'est-il que sous-commandant ?
5- Président en panne d'essence.
6- Depuis le 1er janvier 2003, ce musicien emblématique a un point commun avec J. Lang, J. Toubon et C. Trautman, au pays du B-Bop.

 

Nota bene: Le paragraphe concernant la numération chez les Mayas ( " Préoccupés qu'ils étaient...notre prochain jeu testera votre compréhension.")
a été partiellement modifié le 3 janvier 03 à 10h40: tous ceux qui auraient consulté, avant cette date, la page contenant l'ancien paragraphe, sont invités à prendre note de la modification .Cliquez ici

 

Résultats

Pour ne rien vous cacher, nous n’avons cette fois eu que peu de réponses à notre jeu numéro 4. Ce n’est pas grave, nous nous amusons beaucoup en le préparant et les quelques candidats qui ont joué ont été d’excellente qualité !
Personne n’a résolu les 6 questions mais c’est
Ritchy Maréchal

Ritchy Maréchal

qui emporte une nouvelle fois le concours avec 5 réponses exactes

Nous décernons également, pour leurs 4 bonnes réponses, un prix de consolation -en fait uneValérie Puygrenier copie du disque offert au vainqueur !- à Valérie Puygrenier qui a fait preuve d’acharnement

et à Marina et Emma Métadier,

Marina et Emma Métadier

même si la mère de ces charmantes petites a fait preuve de mauvais esprit en écrivant : "...l´espoir suprême serait de passer devant l´horrible Ritchy ".

Enfin, une mention spéciale à notre cher Webmestre qui est le seul à avoir éclairci la question 3.


1/ Quelle heure est-il au juste à Belize City ?

Ritchy vous informe, à en croire la photo du tribunal suprême de Belize City, qu’il est 10h22 (ou à peu près car on ne voit pas très bien...).

Et non pas « what time is it at Belize City ? » comme le suggère Valérie qui a bien noté que Bélize était le seul pays anglophone que nous avons traversé !

Et non pas
« midi moins le quart lady placard » comme ironise Alex Bator, dit Al.



2/ Comment écririez-vous 2003 en Maya :

2003 se décompose de la façon suivante chez les mayas : (5 x 400) font les 2000, la vingtaine n’est pas exprimée et les unités sont trois. En langage clair, cela donne : une barre (5x400)/une coquille (le zéro de la vingtaine) / 3 points (3 unités).

Et non pas, comme le croit Jacques Tarusse de Las Vegas :
°°°° 400x4=1600
___
___
___
___ 20x20= 400
: ceci est impossible car la classe des vingtaines ne peut dépasser 19

°°° 3

Et non pas, comme l´écrit le "savant Jérôme, banquier de son état", très simplement, avec une barre, deux coquilles et trois petits points, qui se projette ainsi en 40003 ( 5x8000 + 0x400 + 0x20 + 3 )!

3/ Les bus pourraient les enfoncer

Alors là, seul maître Pierre a percé à jour cette énigme à tiroirs, peut-être tirée par les cheveux… Nous faisions référence à une légende de photo qui disait : « Les bus, une nouvelle marotte ? », allusion à la manie de Christophe d’immortaliser portes et fenêtres, qui c’est bien connu, s’enfoncent…

Votre imagination a trouvé des alternatives :

Ritchy : c'est évidemment
le poste frontière qui vous a permis de sortir du Belize. Car en l'enfonçant vous n'auriez pas eu à vous acquitter des 15€ que les douaniers vous ont injustement estorqués pour quitter le Pays, non mais des fois, y'en a qui ne manque pas d'air, dans quel monde vit-on, je vous le demande??? En le faisant vous auriez certes économiser 15€ et vous vous seriez fait plaisir sur le coup mais bon, en aviez vous mesuré les conséquences ? Vous auriez risqué de finir dans une geôle belizienne où les douaniers guatémaltèques n'auraient pas manqué de vous conduire, rien que pour faire les malins auprès de leurs collègues transfrontaliers une fois qu'ils vous auraient chopés afin de faire la preuve de leur zèle. Donc on peut dire que finalement et au regard des 5000 $ de caution qu'un juge véreux vous aurait demandés pour vous libérer, sans compter le dessous de table, afin de vous remettre sous la protection du consul de France, ces 15 € ne sont que peanuts. Et ceci sans compter sur l'élan de soutien et la mobilisation que nous aurions déclenché dans le but de libérer deux touristes injustement enfermés dans les prisons insalubres d'un pays où manifestement les droits de l'homme en général et du touriste en particulier sont bafoués ... euh j'arrête, je m'égare, mais quand ça me prend, j'écrirais un roman.

De façon plus sobre, Valérie qui avoue galérer un peu, se lance : cela aurait été « les écraser », j’aurais répondu les hommes, les enfants qui s’entassent les uns sur les autres … bref … mais « les enfoncer » … cela pourrait donc être
leurs belles calandres qui ornent les bus !!

Marina avance que les bus pourraient enfoncer les portes ouvertes, ou le mur du çon ou bien les 10 éléphants dans la 2CV.

Paul Corchon répond avec beaucoup de sens démocratique les piquets de grève vénézuéliens.


4/ Pourquoi Marcos n'est-il que Sous-Commandant ?

Cette question faisait appel à votre esprit de déduction plus qu’à une thèse scientifique. Nous avons aimé les propositions suivantes :

Marcos n'est que Sous-Commandant car c'est pour lui une preuve d'humilité. En effet, le fait de n'avoir qu'un sous-grade est la preuve qu'il ne réclame aucun pouvoir, aucun privilège, il s'efface devant la justesse de la cause qu'il défend :
"Marcos est gay à San Francisco, noir en Afrique du Sud, asiatique en Europe, chicano à San Isidro, anarchiste en Espagne, palestinien en Israël, indigène dans les rues de San Cristóbal, bande de voyous à Neza, rocker dans les cités universitaires, juif en Allemagne, féministe dans les partis politiques, communiste dans l'après guerre-froide, prisonnier à Cintalapa, pacifiste en Bosnie, Mapuche dans les Andes, artiste sans galerie ni portefeuille, maîtresse de maison un samedi soir dans n'importe quelle colonie de n'importe quelle ville de n'importe quel Mexique, guérillero dans le Mexique de la fin du XXème siècle, gréviste à la C.T.M. (Confédération des Travailleurs Mexicains), journaliste bouche-trou dans les pages intérieures, machiste dans le mouvement féministe, femme seule dans le métro à 22 heures, retraité qui fait le piquet au zócalo, paysan sans terre, éditeur marginal, ouvrier au chômage, médecin sans cabinet, étudiant non conforme, dissident du néolibéralisme, écrivain sans livre ni lecteur, et, pour sûr, zapatiste du Sud-Est mexicain. Finalement, Marcos est un être humain quelconque de ce monde. Marcos est toutes les minorités non tolérées, opprimées, qui résistent, explosent et disent "¡ Ya Basta !"(Ça suffit !). Tout ce qui est minorité au moment de parler et majorité au moment de se taire et de tenir bon. Tous les exclus qui cherchent la parole, leur parole, quelque chose qui rende la majorité aux éternels fragmentés, nous. Tout ce qui dérange le pouvoir et les bonnes consciences, tout cela est Marcos." Comme il l'a dit lui même le 28 mai 1994.

Il y a aussi une théorie qui dit que le jour où il devait passer le concours de Commandant il n'y est pas allé car il faisait un concours de « belote coinchée » avec José Bové, mais une enquête est encore en cours ...

Marcos ne peut être que sous-commandant car dans l’esprit de tous ces hommes du EZLN, le chef mythique est toujours Emiliano Zapata, ce paysan indien qui en 1910 souleva les péons mais fut assassiné en 1919 au sommet de sa gloire.

Le sous-commandant Marcos a choisi délibérément de n´être que sous-commandant. Les commandants sont les agriculteurs, paysans et autres sans terre oubliés par le gouvernement mexicain. Marcos s´étant mis à leur service pour être le porte-parole et jouer le rôle médiatique que l´on connaît, il n´est que sous-commandant.

Et notre version est qu’il n’y a qu’un seul commandant, le CHE.


5/ Président en panne d'essence

Ce président en panne d’essence n’est autre que Hugo Chavez Frias, président du Vénézuéla. Pour briser la grève qui paralyse le principal secteur de l’économie depuis le 2 décembre, Hugo Chavez envisage la prochaine restructuration de la compagnie nationale PDVSA … 80 % des travailleurs auraient débrayé. 38 jours de grève et des manifestations quotidiennes à Caracas n’ont pas eu raison d’Hugo Chavez. Fort de sa légitimité démocratique, il fait la sourde oreille à toute demande de démission ou d’élections anticipées. Mais comme à Porto Vecchio on se le dit souvent, il vaut mieux être en panne d'essence qu'en panne des sens !!!


6/ Depuis le 1er janvier 2003, ce musicien emblématique a un point commun avec J. Lang.......

Lors du précédent jeu-concours, il a été clairement dit que le pays du B-Bop était le Brésil avec ce cher Lula à sa tête depuis peu !! Et depuis le 1er janvier 2003, le gouvernement brésilien compte parmi ses membres un nouveau ministre de la culture, le compositeur et chanteur Gilberto Gil. C’est un homme à la voix flûtée qui sait décrire le charme des bahianaises (Toda Menina Baiana) autant que les chocs sociaux, ce qui lui a valu de passer 2 ans en exil à Londres en 1968. Il a déclaré vouloir organiser un grand mouvement culturel contre la faim et la misère, auquel des artistes étrangers seront également invités à participer. En ce sens, il a un grand point commun avec M. J. Lang car il veut organiser des festivals de musique qui pourraient faire penser à notre bonne et vieille « fête de la musique » !! Ne doutons pas que nous pourrions trouver, outre le fait qu’eux aussi ont été ministres de la culture, des points communs avec M. J. Toubon et Mme C. Trautmann !!!

La famille Métadier nous signale que lors de leur séjour récent au Brésil, le cher Gilberto Gil avait dans un premier temps refusé le ministère, au prétexte qu´il ne voulait pas entacher de politique sa carrière de ménestrel. Cette anecdote leur a permis de découvrir le sens pragmatique profond des brésiliens, qui passent leur temps à faire du beurre avec de l´eau. Lors de la coupe du monde de football en France, 1998, pour mémoire, sieur Pelé, était alors ministre des sports. Il avait été embauché par une chaîne de TV pour commenter les matchs, mais la constitution et le peuple brésilien s´étaient trouvés choqués qu´un ministre puisse être à la solde d´une chaîne privée. Qu´à cela ne tienne, Pelé démissionna de son poste de ministre, le temps de la coupe du monde, poste qu´il retrouva à l´issue (bienheureuse pour la France) de celle-ci.


Et non pas Dave, comme ose le dire Bruno Jallot en prétendant que le Brésil se trouve du côté de chez Swan.